Réflexions sur PowerShift 2012

par Nadia Kanji
PowerShift a été une expérience enrichissante mettant l’emphase sur les approches diverses et créatives que l’on puisse utiliser pour lutter contre l’inaction face aux problématiques environnementales. Grâce à  de nombreux ateliers sur le capitalisme, les médias, les actions politiques, et bien d’autres, nous avons appris sur l’élaboration de stratégies pour la construction d’un mouvement social. L’évènement nous a permis de mobiliser grand nombre à travers le pays.
Je suis revenue avec de nouvelles idées innovatrices sur les problèmes systémiques auxquels nous sommes confrontés au niveau mondial. Gabriel Nadeau Dubois a souligné l’importance d’un changement de système global lorsqu’il a comparé la responsabilité des consommateurs avec l’abandon du capitalisme : « les gestes individuels de consommation vertes sont peut être réconfortants, romantiques, et très à la mode, mais il ne sont absolument pas suffisants […]. Nous avons oublié que le cœur du problème ne se situe pas au niveau de la consommation, mais il réside au contraire dans les structures de notre économie et la production, […] l’infrastructure de notre économie, de ce que nous produisons et comment nous le produisons. »

Photo credit: Mike Hudema

À mon retour de Powershift, j’ai compris que nous sommes tous confrontés à une lutte commune. Les défis  des femmes, des peuples autochtones, des mouvements syndicaux, de l’environnement, et autres sont symptomatiques du capitalisme. Avec le mouvement « Occupy », le printemps arabe et le mouvement étudiant au Québec-le printemps érable, les gens n’accepterons plus un système d’exploitation qui néglige les griefs des gens et qui détruit l’environnement. Grâce aux mouvements et évènements tels que PowerShift, nos voix seront entendues.
Une économie en quête de profits à tout prix ne sera plus tolérée. Les mouvements sociaux ont porté des réalisations énormes. Je quitte PowerShift en sachant qu’un mouvement social peut contribuer à un changement systématique. COP18 commence prochainement et j’ai hâte de travailler avec des gens aussi  enthousiastes et passionnés comme j’ai croisés à  PowerShift. Ensemble, nous allons continuer à lutter pour un avenir juste, équitable et durable et nous travaillerons à changer les processus qui nous empêchent de progresser.
Comments
One Response to “Réflexions sur PowerShift 2012”
  1. Sorayyah says:

    Change will only happen if people make their grievances known loud and clear to the politicians and to the people with power who control our lives. I think it’s great that the youth are engaged and taking their future into their own hands. Don’t lose hope -you may not be heard today or tomorrow but you will be heard one day as the movement grows and your voices get louder.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: