La jeunesse et les négociations sur les changements climatiques

Lorsque nous parlons des participants aux négociations sur les changements climatiques, mis a part les délégués gouvernementaux, nous pensons aux ONG environnementales ou encore aux représentants des communautés aborigènes et même aux grandes entreprises qui trouvent un certain intérêt envers les engagements pris par les négociateurs. Mais il y a un autre groupe important qui, depuis le début des négociations, s’implique au sein de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC): la jeunesse!

La jeunesse est impliquée dans la Conférence des Partis de la CCNUCC depuis la toute première rencontre de la CCNUCC à Rio, mais fut davantage organisée depuis 2005. A la conférence de l’ONU sur les changements climatiques à Montréal, les jeunes canadiens ont participé pour une première fois à la Délégation la jeunesse internationale. Nous avons établi des relations importantes, mis sur pied des projets et des campagnes avec des jeunes d’à travers le monde qui se sentaient préoccupés par les changements climatiques et qui voulaient pousser leur gouvernement à agir. Avec une organisation locale et internationale, nous avons mobilisé nos communautés afin qu’elles réalisent l’ampleur des changements climatiques et nous avons porté leurs messages aux oreilles des preneurs de décision. Cela fait cinq ans cette année que la jeunesse canadienne envoie une délégation jeunesse à la CCNUCC.

Pendant ce temps, sur la scène mondiale, les jeunes délégués se rassemblent afin de discuter de moyens par lesquels nous pouvons élaborer notre rôle dans les négociations onusiennes par notre participation à la CCNUCC. Après des années de collaboration, le mouvement jeunesse sur les changements climatiques réussit à obtenir une constitution de la jeunesse provisoire le 28 septembre 2009. Cela signifie que nous avons la possibilité de nous exprimer par le biais d’une voix aux négociations. Nous avons désormais le droit et la responsabilité d’assister à des ateliers entre les CdPs de la CCNUCC, d’obtenir des droits de parole durant les négociations et de faire des interventions.

Pourquoi avons-nous travaillé si fort pour obtenir une voix de la jeunesse à la CCNUCC? Principalement parce que nous croyons que la jeunesse a un énorme pouvoir en ce qui a trait a la mobilisation des communautés afin de demander des objectifs réalisables, équitables et adaptés à nos dirigeants.  Bien que nous n’ayons pas un poste haut placé dans le gouvernement ou ne soyons pas PDG de grandes entreprises, un jour nous en auront! Nous serons également responsables d’instaurer des décisions et de vivre avec les conséquences de notre (in)action d’aujourd’hui.

En novembre et en décembre prochain à Cancun, vingt-neuf jeunes canadiens joindront leurs efforts à ceux de milliers de jeunes de la planète afin de faire pression sur les décideurs gouvernementaux, corporatifs et médiatiques, en influençant l’opinion public et en se mobilisant pour des initiatives locales. Nous croyons fermement qu’un monde meilleur est possible et sommes déterminés à emboîter le pas.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: